CLIQUER ICI POUR VOIR CE MAIL DIRECTEMENT DANS VOTRE NAVIGATEUR
View this email in your browser
A l’initiative et sous la coordination des Lions Clubs de Seine-et-Marne

NEWSLETTER  M - 7

 notre prochain RDV samedi 25 mars 2017

 

éditorial

 « Le zéro phytosanitaire :
des bords de route aux jardins ... »

 

Peu de personnes le savent, et pourtant, l'accès à la ressource en eau en Seine et Marne est tendu et ce, pour différentes raisons.
La première est une question de quantité. La Seine et Marne est un département bien arrosé avec d'importantes nappes d'eau souterraine notamment, la principale, la nappe de Champigny. Pour autant, cette nappe ne fait pas qu'alimenter les Seine et Marnais, elle alimente aussi les industriels, les agriculteurs et... l'agglomération parisienne en partie.
Aussi, quand tout le monde prélève et que la sècheresse sévit, très rapidement la nappe est sous tension en descendant sous des niveaux dits « d'alerte » et c'est ce qui s'est passé ces dernières années sèches. Nous sommes aujourd'hui temporairement sortis de cette situation dont chacun est responsable lorsqu'il ne maîtrise pas sa consommation (arrosage des pelouses, piscine et autres usages non indispensables qui doivent faire l'objet de restrictions de soi-même dans ces situations).

Mais le propos ici porte sur un autre sujet. Non pas sur la quantité mais sur la qualité et notamment la potabilité. C'est donc bien l'accès à l'eau potable qui est compromis et qui d'ailleurs, ne peut être desservi partout en Seine et Marne.

​*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|*
En savoir plus
​*|END:IF|*

*|IF:ARCHIVE_PAGE|*  En  Outre l'usage agricole  de pesticides auquel chacun, avec sa bonne conscience, pense immédiatement, c'est aussi les autres usages sans intérêt économique qu’il faut regarder. En effet, ces produits « miraculeux », évitant l'huile de coude et tuant la biodiversité, qui nous font tant peur, font « propre » ... mais polluent l'eau. Alors qui, de l'herbe indésirable ou de son tueur, (biocide : tueur de vie) est le plus sale ?

Ces usages vont des bords de routes, aux jardins en passant par les espaces verts, la voirie... Or, ces produits sont beaucoup plus polluants sur ces espaces (en proportion au m2) que dans les champs (ce qui n'empêche pas aux agriculteurs de faire des efforts).

Sur les surfaces imperméables, le produit ruisselle jusqu'au caniveau et jusqu'au cours d'eau.
Quant aux autres utilisations, les produits sont généralement surdosés tant dans les communes que chez les particuliers à qui il est vendu de gros bidons alors qu'il ne faut que quelques millilitres, et où le dosage par rapport à la surface à traiter est souvent flou.

Fort de ces constatations, et avec d'autres partenaires : Etat, Agence de l'Eau Seine Normandie..., le Département de Seine et Marne s'est lancé dans un plan départemental de l'eau afin de rendre l'accès à la ressource en eau à tous les Seine et Marnais mais aussi à mieux gérer la ressource en terme quantitatif et qualitatif.

C'est dans ce cadre que le Département a fait le choix d'arrêter d'utiliser les herbicides en bord de route qui servaient à dégager panneaux, glissières ou terre-pleins de toute végétation. Ce choix s'est fait en acceptant la présence d'herbe par endroit, sans négliger la sécurité. Aussi, pour compléter ce dispositif et récupérer du temps de travail (le temps de désherbage manuel par coupe, rabotage ou arrachage étant supérieur pour les agents) la réflexion s'est aussi engagé sur la gestion différenciée en se posant la question de pourquoi couper l'herbe si souvent : hormis la coupe de sécurité sur le bord immédiat de la route et le dégagement des panneaux et carrefours, le reste n'est fauché qu'une fois l'an permettant ainsi à la biodiversité de reconquérir ces espaces.

Dans le cadre de ce plan, le Département, avec l'association AQUI Brie a choisi d'accompagner les communes pour mieux utiliser les phytosanitaires (en utilisant les bons dosages) voire apprendre à s'en passer. Ainsi, la plupart des communes ont été diagnostiquées et ont engagé une réduction et de nombreuses sont au zéro phyto tant sur les routes, dans les espaces verts que dans les cimetières (qui restent l'endroit où les habitants tolèrent le moins la vie !).

 


Il est grand temps que cela arrive dans nos jardins : des rayons de produits chimiques en vente libre sans conseil ni explication, appliqués sans protection... avec des produits au contact des animaux domestiques, des enfants...

Le plan national Ecophyto 2018 a permis déjà de rendre obligatoire le Certiphyto, obligeant au moins, un vendeur à être formé (ce qui reste très largement insuffisant). Aujourd'hui, entre les sites internet apportant des conseils sur les solutions alternatives (animaux auxiliaires, associations végétales...), les solutions préventives et les remèdes de grand-père, mais aussi les produits d'origine naturelle vendus dans ces mêmes rayons de produits phytosanitaires, chacun peut faire autrement.
 
D'autant plus qu'il faut dorénavant s'y préparer. En effet, l'Etat, après plusieurs lois visant à cadrer l'usage des phytosanitaires dans les communes, a décidé, malgré les lobbies, d'interdire l'usage de phytosanitaire dans les villes, dès le 1er janvier 2017 puis, pour les particuliers, au 1er janvier 2019.

Alors prenons les devants, et après les bords de routes, acceptons aussi la nature dans notre jardin. Les sols s'en porteront mieux, les cours se verdiront un peu ou complètement : c'est le moment de repenser à nouveau les espaces et leurs besoins de minéralité. *|END:IF|*


Quel plaisir de manger des produits de son jardin sains et sans produits chimiques et ainsi de préserver notre chance d'avoir de l'eau potable au robinet !


Christophe Parisot
Directeur Seine-et-Marne environnement
Retrouver aussi cet éditorial  et celui des mois de Juillet et Aout sur le site : www.defi77environnement.org/
 

A méditer :
l'expérience des agriculteurs dans le LOIRET
clic ICI

(nécessite Powerpoint ou Openoffice sur votre ordinateur)
 
Notre devoir :
Protéger et Transmettre Notre PLANETE
clic ICI

La news M - 8

Revoir ICI

La news M - 9

Revoir ICI

Pour vous inscrire à notre journée du 25 mars 2017 :

 

Rendez-vous sur defi77environnement.org onglet "inscription 2017"

  1. Remplissez tous les champs demandés
  2. Indiquez vos disponibilités
  3. Et validez
Les organisateurs :

           
 
Jean Mary GUERRAUD                   &                 Michel Patrick LAGOUTTE
REVOIR la vidéo explicative de la journée du 12 Mars ICI
CI DESSOUS
LES CLASSIQUES DE CE RAMASSAGE
NOS PARTENAIRES :
Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.
*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|* *|LIST:DESCRIPTION|*

Our mailing address is:
*|HTML:LIST_ADDRESS_HTML|* *|END:IF|*

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list

*|IF:REWARDS|* *|HTML:REWARDS|* *|END:IF|*