2ème édition le Samedi 25 mars 2017 : 1000 km d’accotements nettoyés !   
A l’initiative et sous la coordination des Lions Clubs de Seine-et-Marne


POURQUOI une 2ème EDITION le 25 mars 2017 :
  • Parce qu’il reste beaucoup à faire,

  • Parce qu’il s’agit de l’Avenir de nos enfants et petits-enfants,

  • Parce que c’est notre devoir de transmettre notre planète au moins dans le même état que celle que nos aïeux nous ont léguée,

  • Parce que nous croyons que demain, la France sera un pays propre et accueillant, comme il se doit.

 

Demain, nos enfants et petits enfants vont nous maudire...

 

EDITORIAL M – 8

La Terre de plastique ......
par Christophe Parisot
Directeur Seine-et-Marne environnement


Quelle belle invention le plastique ! Solide, modelable en des formes multiples et peu cher, donc permettant d'être jeté sans avoir à consigner. A tel point qu'on a remplacé beaucoup de récipients par ce fameux plastique et qu'il semble impensable de s'en passer.

sac plastique On a juste oublié un détail. Que devient-il après usage ? Personne n'y avait vraiment pensé jusqu'au jour où on s'est rendu compte qu'il y en avait partout. Evitons au maximum sa consommation et rappelons-nous que la bouteille plastique en bord de route n'est que la face visible du... septième continent que nous laisserons à nos enfants comme souvenir de notre civilisation du jetable.
Eh oui, il est tellement simple de jeter plutôt que de ramener chez soi un emballage vide. C'est si encombrant. Ainsi, les bords de routes, entre autres, sont devenus la poubelle des personnes souhaitant alléger leur véhicule (voire leur vessie, après l'avoir vidée dans la bouteille).
Certes, on a lancé le recyclage, mais qui pour la plupart des communes ne concerne que certains plastiques, les bouteilles essentiellement. Eh oui, parce que tous les plastiques ne sont pas les mêmes et ne peuvent se mélanger pour être recyclés. Et seules quelques usines de tri sont équipées de lecteur optique permettant de trier les différents plastiques.

N'oublions pas aussi que le plastique, malgré tous ses avantages, provient du pétrole dont nous sommes dépendants et dont la ressource se tarit progressivement. L'autre conséquence aussi est que les molécules qui le composent ne sont pas connues dans la nature et donc ne peuvent aujourd'hui pas être dégradées par les organismes naturels (imaginez le jour où une bactérie ou tout autre organisme se spécialisera dans le plastique et imaginez alors les problèmes que cela posera à notre civilisation). Aussi, il ne peut être que fragmenté. L'objet se casse et recasse, se retrouve dans les sols, l'eau... est consommé par des organismes et va ensuite passer dans leur prédateur, s'accumuler... On ne pense souvent qu'à la tortue ayant pris un sac plastique pour une méduse, et pourtant une récente étude a montré la présence de plusieurs dizaines de particules de plastique dans les moules !

Outre l'objet plastique qui se dégrade, nos inventeurs se sont dits : pourquoi ne pas mettre de micro billes plastique dans les cosmétiques ou autres substances pour avoir de nouvelles propriétés ? Qui dit cosmétique dit douche, station d'épuration et cours d'eau. Aujourd'hui la loi biodiversité va interdire cet usage. Voir aussi la généralisation de l'isolation en polystyrène pour économiser l'énergie mais qui, lors de la déconstruction, créera de minuscules billes partant avec le vent. Ou encore le polystyrène mis dans les pots de fleurs avant plantation dans la terre.

Tout cela finit dans nos sols, notre eau, et finit à la mer

dans des zones d'accumulation et notamment forme ce que l'on nomme le septième continent, fait de petites particules de plastique sur plusieurs dizaines de mètres d'épaisseur et toutes les conséquences sur la chaîne alimentaire.

Alors le mieux reste d'éviter d'en utiliser, proscrire le jetable (et se fendre d'un lavage de la vaisselle), autant que possible réutiliser (eh oui, quelquefois le même flacon peut vivre de nombreuses années encore) et lorsque l'on a usé le flacon, c'est le mettre dans la bonne poubelle pour être recyclé ou au moins incinéré (en produisant un peu d'énergie de récupération).

Aujourd'hui on nous parle de plastiques à base d'amidon végétal (maïs, pomme de terre, bambou...). Certes, ils sont d'origine renouvelable mais veillons bien à ce qu'ils soient bien biodégradables ou composables. Le mieux reste encore de les mettre à la poubelle plutôt que dans la nature.
Christophe Parisot


EDITORIAL M – 9

La bouteille du bord de route...
par Christophe Parisot
Directeur Seine-et-Marne environnement


Il n'est pas rare de retrouver en bord de route diverses bouteilles notamment de verre, reliques de boissons au volant ou à l'arrêt.
Qui pourrait croire que, ce qui n'apparaît qu'un déchet, peut être meurtrier ?

En effet, parmi ces innombrables contenant les bouteilles de verre représentent un réel danger pour la biodiversité.
Ces bouteilles abandonnés abritent généralement encore un peu du précieux nectar qu'elles contenaient. Ainsi, sucré ou alcoolisé, ce liquide constitue ce que l'on nomme en écologie un piège attractif.
Cette technique est en effet utilisée pour attirer des insectes dans des pièges afin de les recenser.
Au sol, la bouteille joue le même rôle. Insectes et autres arthropodes, micro mammifères, quelquefois amphibiens, vont ainsi être attirés soit par le liquide pour certains soit par les animaux déjà piégés.
Un goulot étroit orienté vers le sol et les animaux vont s'y engouffrer avec une préférence pour les bouteilles vertes d'une célèbre marque dont le goulot se rétrécie brusquement.

Ainsi les animaux entrant ne peuvent plus ressortir piégés par cette surface lisse avec une brusque remonté.
Ce piège très efficace peut ainsi contenir des dizaines de cadavres d'insectes mais aussi, pour, en moyenne, une bouteille sur 10, des restes de micro mammifères, de 1 à quelquefois 10 individus.
C'est ainsi que Seine et Marne environnement, inspirée par d'autres structures avant elle, a lancé un inventaire des micro mammifères. Souris, mulots et musaraignes sont autant d'animaux que tout le monde connaît et côtoient mais dont au final on ne connaît que peu la répartition et les différentes espèces.

D'une part parce qu'elles sont difficiles à observer vivantes : rapides, se faufilant rapidement, il est souvent difficile de savoir à quelle espèce on a à faire. Or, certaines sont rares et spécifiques de certains habitats et, même si d'autres sont communes, comme beaucoup d'autres espèces, elles peuvent rapidement devenir menacées.
C'est pourquoi, il fallait faire un état des connaissances sur l'ensemble du territoire départemental.

Une technique consiste à poser des pièges non mortels, mais ces animaux très actifs peuvent très vites mourir ce qui nécessite des relevés fréquents et une quantité importante de pièges à poser.
Une autre est de les étudier mortes notamment en faisant un appel à contribution des contenu de tapettes, ou autres proies de chats ramenés amoureusement à leur maître. Outre la communication nécessaire et les déplacements générés, reste le problème de traiter des cadavres frais.
La dernière, plus classique, est de trouver des rapaces nocturnes (les diurnes digérant les os) et d'étudier les restes osseux. Très efficace, la technique se heurtent à la difficulté de trouver les nids de ces rapaces, et, pour la plus simple, la Chouette effraie, qui niche dans les combles et clochers, le problème est de trouver suffisamment de lieu de reproduction, l'espèce devenant de plus en plus rare et ne fréquentant pas les milieux très urbanisés.

Aussi, en ramassant si possible (et ça l'est malheureusement souvent) 100 bouteilles par 100km², en notant soigneusement le lieu et la date du ramassage, en cassant ensuite les bouteilles une par une, et enfin en analysant les restes osseux notamment de mâchoires et de crânes (les dents sont des éléments importants à la détermination, on peut aboutir à améliorer la connaissance en valorisant la mortalité induite par ce déchet.
15 espèces ont ainsi pu être notées de façon certaines sur le département et leur répartition mieux connue.

Christophe Parisot


Reportage diffusé sur le site canalcoquelicot.fr (29/02/2016) :




DEFI 77 POUR L'ENVIRONNEMENT
Projet à l'initiative du Lions Club, district Île de France Est